Couples : comment protéger son conjoint en cas de décès ?

Vous êtes en couple et vous ne voyez pas l’avenir sans votre partenaire ? Vous êtes certain de tout mettre en oeuvre pour protéger votre cher(e) et tendre. Pourtant prendre soin de ses proches, c’est aussi se demander comment les protéger en cas de décès. Dans le cas des conjoints, les situations peuvent être multiples. De ceux qui se passent la bague au doigt, aux relations en concubinage, en passant par les séparations : cet article est l’occasion de faire le point sur ce à quoi peut avoir droit votre moitié en cas de décès.

Faites un tour d’horizon des meilleurs moyens d’assurer l’avenir de celui ou celle qui partage votre vie dans cet article. Quel que soit votre âge, votre situation et vos ambitions, il est légitime de penser à ce type de situation. Et, il existe forcément une solution qui vous correspond.

Droits du conjoint survivant : le bilan

Avant de chercher des solutions pour protéger votre conjoint en cas de décès, il est indispensable de jeter un œil sur les droits que vous avez déjà.

La couverture de la Sécurité Sociale

Tout d’abord, les conjoints mariés ou pacsés auront droit au versement d’un capital décès de la part de la Sécurité Sociale. Pour un travailleur salarié, cela représente un peu plus de 3 500 €. Ce montant forfaitaire est réévalué chaque année. Le montant et les conditions de son versement peuvent être différents en fonction du statut du défunt avant son décès. Pour en savoir plus sur le montant auquel votre conjoint aurait droit, n’hésitez pas à découvrir notre article sur le sujet.

Dans tous les cas, cette somme reste assez mince pour faire face à toutes les dépenses suivant un décès. Elle n’est également pas de nature à permettre le maintien du niveau de vie de la personne, après la perte de son conjoint. C’est pour cela que de nombreuses personnes cherchent d’autres moyens d’assurer l’avenir de leur moitié.

Bon à savoir : Les bénéficiaires prioritaires sont les personnes financièrement à charge totale et permanente du défunt. Il peut s’agir du conjoint, des enfants ou encore des ascendants. À défaut de bénéficiaires prioritaires, le capital revient à des bénéficiaires secondaires.

Les contrats que vous avez peut-être déjà

Sans même le savoir, vous avez peut-être déjà souscrit à des garanties pour protéger votre conjoint. Dans le cadre de l’achat d’un bien immobilier commun, une assurance décès vous a notamment été proposée, pour couvrir le prêt en cas de décès de l’un des deux co-emprunteurs.

Votre entreprise vous propose peut-être également une prévoyance collective. Vous pouvez vous renseigner auprès de l’assureur proposant le contrat, ou encore auprès du service ressources humaines de votre entreprise. Cela vous permettra de savoir clairement quels sont les droits du conjoint survivant en cas de décès.

Certains autres contrats comme l’assurance vie peuvent aussi être au bénéfice du conjoint. L’avantage de ce type de contrat, au même titre que l’assurance décès, est que le bénéficiaire pourra être choisi librement par l’assuré. Si vous êtes en couple, mais que vous n’êtes ni mariés ni pacsés, il peut donc s’agir de la bonne formule pour transmettre un capital en cas de décès.

Anticiper les besoins du conjoint en cas de décès

L’étape du bilan étant achevée, vous pouvez vous concentrer sur l’étape suivante. À savoir : déterminer précisément quels sont les besoins de votre conjoint. L’idée de cette démarche est d’évaluer si les contrats additionnels combinés à la somme versée par la Sécurité Sociale peuvent suffire à couvrir les dépenses à venir.

Vous pourrez notamment prendre en compte le :

  • Paiement des frais d’obsèques
  • Remboursement d’éventuelles dettes
  • Maintien du niveau de vie du conjoint survivant
  • Paiement de certains impératifs, comme les études des enfants Chaque assuré aura ses propres besoins. Il est donc très important de se projeter, pour tenter d’anticiper tous les cas de figure pouvant succéder à un décès.

Qui est concerné par la protection d’un conjoint ?

Des tas de situation peuvent exister, voici celles auxquelles vous pourriez être confrontées :

  • Vous avez des dettes, et ne souhaitez pas que celles-ci se répercutent sur votre conjoint en cas de décès. Où alors, il peut être question de rembourser des crédits à la consommation. Ceux-ci peuvent être attribués à votre conjoint après votre décès si vous êtes mariés sous le régime de la communauté des biens.
  • Vous avez acheté un ou plusieurs biens immobiliers pour lesquels des prêts courent encore. La plupart du temps, les assurances de prêt garantissent le remboursement du crédit immobilier en cas de décès. Vous pouvez aussi choisir de garantir une somme plus importante, pour couvrir d’éventuels frais annexes. Qu’il s’agisse de rembourser un crédit pour des travaux, de solder une hypothèque ou de couvrir les dépenses liées à l’acquisition immobilière, il vous appartient de bien cerner vos besoins.
  • Vous souhaitez assurer le niveau de vie de votre conjoint ou encore plus globalement de votre foyer et de vos enfants. Ce type d’assurance peut permettre de solder les prêts étudiants de votre progéniture, ou encore de soulager votre conjoint des frais engagés par leur éducation après votre décès.

Ainsi, quel que soit votre statut matrimonial, vous avez donc tout intérêt à anticiper ce genre de situation pour protéger au mieux votre moitié. Si ce genre de question intéresse généralement les personnes ayant plus de 40 ans, vous pouvez tout à fait choisir de protéger votre conjoint dès le début de notre vie active. D’autant que souscrire une assurance décès quand on est jeunes est généralement plus avantageux.

L’assurance décès individuelle pour couvrir votre couple

S’agissant de notre spécialité, nous avons décidé de vous offrir un focus sur l’assurance décès individuelle. Ce type de prévoyance est idéal pour absolument tous les types de couple. Elle est aussi celle qui permet de définir le plus précisément possible les garanties auxquelles le conjoint aura droit.

À partir de quel âge prendre une assurance décès ?

Contrairement aux idées reçues, inutile d’attendre la cinquantaine pour penser à souscrire à une assurance décès. Ce type de contrat pourra être signé à n’importe quel moment de la vie. N’hésitez pas à le faire le plus tôt possible, pour bénéficier d’une police d’assurance intéressante. Il s’agira aussi d’anticiper les accidents de la vie qui peuvent survenir à tout âge.

Qui bénéficie de l’assurance décès ?

Absolument tout le monde peut être désigné en tant que bénéficiaire d’une assurance décès. Il est donc possible de désigner une personne avec qui on est marié, pacsé ou encore simplement en couple. De manière plus large, il est même possible de désigner une personne extérieure à la famille. L’imposition ne sera simplement pas la même, en fonction du lien de parenté établi avec le bénéficiaire.

Ce type de contrat échappe néanmoins à la part réservataire, traditionnellement réservée aux ayants-droit. En d’autres termes, une personne en couple, sans être marié ou pacsé, ayant des enfants, aura la possibilité de réserver un capital ou une rente à son conjoint, sans qu’une part de soit automatiquement prélevée pour ses enfants. Il s’agit donc véritablement d’une solution qui vous permettra de protéger une personne, même lorsqu’elle ne fait pas partie de vos ayants droit au sens de la loi.

Quelles sont les garanties de l’assurance décès ?

Les garanties de l’assurance décès sont fixées au moment de la signature du contrat. Traditionnellement, il s’agit d’un capital ou d’une rente qui sera versée aux bénéficiaires..

Chaque assuré Getlife est unique. Avec nous, choisissez en ligne les garanties qui sont importantes pour protéger votre moitié. Elle sera ainsi à l’abri selon vos demandes. Si vous êtes curieux de découvrir notre fonctionnement, vous pouvez vous rendre sur notre site pour effectuer un devis en quelques clics.