Getlife

Future web et Web3, une nouvelle ère pour le monde de l’assurance

future web3

Si vous pensez que le Web3 est un nouveau fournisseur d’accès internet, vous devriez lire cet article. Comme à notre habitude, on vous a concocté des définitions sans chichis, et une véritable analyse du phénomène. Même si vous n’êtes pas un expert de l’informatique, vous allez enfin tout comprendre au web 3.0. On jette aussi un coup d’œil sur les conséquences pour le secteur de l’assurance, car certains assureurs commencent à se positionner sur ce créneau.

 

Le web3, c’est quoi ?

Internet d’hier et d’aujourd’hui 

Pour arriver au Web3, nous sommes passés par le Web et le Web2. Le web est l’Internet que l’on a connu jusqu’au début des années 2000. Vous l’aurez compris, je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… Il s’agissait alors d’un internet sur lequel nous avions la possibilité d’aller chercher des informations ou encore des services.

L’arrivée de ce qu’on appelle le Web2 a été marquée par la possibilité pour les utilisateurs de pouvoir échanger grâce à Internet. Les réseaux sociaux, les messageries en ligne et la possibilité de partager du contenu sont les caractéristiques de cette version 2.0 du Web. Vous vous souvenez peut-être de Caramail, des Wizz sur MSN ou même de MySpace.

Aujourd’hui, même les réseaux sociaux ont beaucoup changé. Facebook est devenu le réseau privilégié des 40 ans et plus. Il est en effet boudé par la nouvelle génération au profit d’Instagram ou encore de Tik Tok. Les évolutions sont de plus en plus rapides, mais pour tous ces sites et applications, il s’agit encore du Web2. 

Le Web3 : l’Internet de demain

Ce qu’on appelle le Web3 est arrivé dans la seconde moitié des années 2010. Il s’agit d’un web participatif, sur lequel les internautes ne dépendent plus de grandes entreprises ou encore des gouvernements. Il est donc possible de partager des contenus, sans avoir à passer par des entreprises comme YouTube ou encore Facebook.

L’une des parties les plus caractéristiques du Web3 est certainement le Métavers. Il s’agit d’un univers virtuel dans lequel il est possible d’acheter des biens virtuels ou encore d’échanger en ligne. Vous avez sans doute entendu parler des NFT, ces œuvres virtuelles, qui peuvent s’arracher à prix d’or. Sur le Web3, on note aussi l’importance de la cryptomonnaie, qui permet aux internautes de prendre leur indépendance des banques classiques.

Si nous devions résumer en quelques mots le Web3, nous dirions qu’il s’agit de l’Internet de demain. Celui qui sera construit par chacun des utilisateurs, au lieu d’être orchestré par les géants du domaine. C’est une page blanche sur laquelle chacun peut apporter sa contribution avec toutes sortes de contenus. Il est même possible d’y effectuer des transactions financières indépendamment des réseaux bancaires classiques. 

Bon à savoir :

NFT signifie Non Fungible Token. Ce que l’on pourrait traduire par un objet virtuel unique, authentifié grâce à une sorte d’identité numérique. En d’autres termes, acheter un NFT, ça peut être acheter une photo au format numérique. Cette dernière est identifiée comme étant authentique. C’est un peu comme posséder une peinture dans son salon, sauf que ça se passe en virtuel.

.

Quel est l’intérêt du Web3 pour les particuliers ?

Un web basé sur les nouvelles technologies

Ces dernières années, vous n’avez pas pu passer à côté de l’engouement pour les cryptomonnaies. Ceux qui ont été les premiers à parier sur cette monnaie virtuelle ont même parfois fait fortune. Des spécialistes parlent encore d’une bulle spéculative, qui finira par exploser. Pour les adeptes de l’utilisation de la cryptomonnaie, il s’agit d’un tout nouveau système économique. Il permet aux particuliers de pouvoir échanger des valeurs, sans avoir à passer par les institutions classiques.

Qu’il s’agisse du Métavers ou encore des cryptomonnaies, ils se basent sur ce qu’on appelle la blockchain. Inutile de saigner du nez en lisant ce terme. Il s’agit simplement du système permettant de construire le Web3. Pour reprendre notre exemple précédent, le Web3 est la page blanche que les internautes construiront ensemble dans les années à venir. La blockchain, c’est un peu comme le support de cette feuille. Le bureau sur lequel on s’appuie. C’est notamment grâce à cette dernière que les données sont cryptées et que la sécurité des internautes est assurée.

Un web collaboratif et sans intermédiaires

Le fait de profiter d’un web collaboratif et sans intermédiaire répond à un besoin d’indépendance de nombreux particuliers. Le ras-le-bol d’enrichir des géants de la Tech, la volonté de reprendre le contrôle sur ces données personnelles, les ambitions peuvent être multiples. Pour vous donner un exemple concret de ce que donnera ce nouveau web collaboratif, prenons le cas d’un créateur de contenu vidéo. Actuellement, sur Youtube, les créateurs de contenu sont rémunérés grâce au nombre de vues et aux publicités associées à leurs vidéos. Ils doivent répondre à de nombreuses normes, pour ne pas voir leur contenu démonétisé.

Lorsqu’un contenu est publié sur le Web3, le créateur de contenu est rémunéré en fonction de ce que les internautes souhaitent lui donner. En d’autres termes, en tant qu’utilisateur, vous avez la possibilité de payer en fonction du plaisir que vous avez pris à regarder une vidéo, ou du travail que vous souhaitez récompenser. Les créateurs de contenu percevront ce qu’ils auront gagné, sans avoir à verser de commission à une entreprise comme YouTube ou encore Facebook. C’est donc un système plus juste qui attend ces derniers.

Le changement du quotidien professionnel grâce au Web3

Le Web3 pourrait aussi changer le quotidien professionnel des personnes. Prenons un exemple simple d’utilisation du Métavers. Si vous n’arrivez pas à vous représenter ce que c’est, imaginez-vous lancer dans une partie de Sims sur un ordinateur. Vous créez un avatar, qui est une sorte de personnage virtuel censé vous représenter. Vous aurez ensuite la possibilité d’effectuer des actions dans un monde virtuel ou encore d’interagir avec d’autres avatars.

Avec l’intérêt croissant pour le télétravail, le Métavers pourrait bien devenir une nouvelle façon de vivre sa vie professionnelle. Il permet notamment aux collaborateurs de l’entreprise de construire un lien, presque de la même façon que l’entreprise. Il s’agit aussi d’une façon plus immersive de suivre les réunions à distance. C’est donc possible qu’un jour (pas encore venu) votre réunion se passe dans un bureau virtuel, plutôt qu’en visioconférence.

Web3 : la vision des professionnels de santé 

Le Web3 pourrait même changer votre façon de consulter un médecin. Grâce à l’utilisation des nouvelles technologies, les professionnels de santé envisagent désormais le support numérique comme une véritable opportunité d’amélioration de la qualité des soins. Pour vous donner un exemple concret, récemment, des chercheurs ont mis au point un logiciel permettant de déceler les grains de beauté inquiétants. Il est donc envisageable qu’un patient puisse s’auto-diagnostiquer grâce à cette solution. Il pourra ensuite consulter un médecin en ligne, pour débuter son parcours de soins le plus tôt possible.

Actuellement, avec l’émergence de plateformes comme Qare ou Doctolib, le parcours client a déjà entamé son virage vers le digital. La consultation en ligne permet aux professionnels de santé et au patient de gagner un temps précieux. Si tous les actes médicaux ne peuvent pas être réalisés à distance, cela permet de fluidifier le travail des équipes médicales au niveau du diagnostic ou encore du suivi.

Sécurité et maîtrise des données personnelles

Le Web3 représente l’opportunité de bénéficier d’une meilleure sécurisation des données. Quand vous acceptez les conditions d’utilisation sur un réseau social, vous acceptez généralement que l’ensemble de vos données puissent être utilisées. Avec le Web3, le cryptage systématique des données empêche une récupération de ces dernières. Une nouvelle fois, l’internaute reprend le contrôle du web. 

 

Les nouveaux enjeux pour les assureurs

Un nouveau système économique à assurer

Le domaine des assurances devrait être complètement bouleversé par l’arrivée du Web3. Il faut trouver de nouvelles solutions d’assurance pour pouvoir accompagner particuliers et professionnels. Il est notamment nécessaire de proposer des produits d’assurance pour couvrir les transactions. 

Le Web3 et l’assurance des biens virtuels

Le Web3 entraîne aussi la naissance de nouveaux besoins en matière d’assurance de biens. Comme mentionné précédemment, il est désormais possible d’acheter des NFT. On peut aussi acheter des terrains dans le métavers. Avec l’essor potentiel de l’immobilier virtuel, de nouvelles assurances devraient émerger. Il s’agira alors de garantir les particuliers contre les risques de vol de leurs propriétés en ligne. 

La communautarisation de l’assurance

Actuellement, la relation avec votre assureur se passe de la façon suivante. Il propose un produit, qu’il peut éventuellement adapter à votre profil. En tant que client, vous souscrivez à l’une des solutions que l’on vous propose. Cet échange est assez similaire au web et web2, avec des entreprises qui maîtrisent la relation.

Avec l’essor du Web3 il y a fort à parier que les assurances aussi devraient devenir participatives. Il est par exemple possible d’imaginer que plusieurs personnes ayant besoin d’une assurance pourraient se regrouper, fixer des règles et des cotisations. Les fonds récoltés serviraient à indemniser les personnes en cas de sinistre. L’assureur pourrait alors jouer un rôle de médiateur ou encore d’expert pour poser un cadre autour de cette nouvelle relation à l’assurance.

La pénétration de ce marché par les assureurs reste néanmoins compliquée par certains aspects techniques. Le cadre législatif n’est par exemple pas encore bien défini pour ce monde en ligne. 

 

L’assurance : un secteur jugé vieillissant

Les carences des assureurs classiques

Au-delà de toutes les spéculations, le Web3 représente aussi l’opportunité de simplifier les démarches administratives quelles qu’elles soient. Les assureurs classiques sont souvent en retard en la matière. Comme attachés à un fonctionnement traditionnel, certains ne proposent même pas la signature de contrat en ligne. Il faudra donc se rendre en agence ou encore retourner les documents signés par mail ou par courrier.

Si la banque semble avoir pris un certain virage avec la possibilité d’effectuer des transactions en ligne, le secteur des assurances doit donc se moderniser. Fort heureusement, certaines entreprises du secteur ont déjà pris le virage du digital. C’est le cas d’Axa , qui semble toujours au fait des nouveautés en la matière, plaçant l’expérience client et l’innovation au cœur de ses préoccupations.

L’assurtech à la rescousse 

L’assurtech, c’est un peu l’assurance 2.0. En quelques mots, il s’agit des assureurs (courtiers ou prestataires de services), proposant des services exclusivement disponibles en ligne. Au programme, vous pourrez profiter de solutions sans longueurs administratives. La relation client n’est pas oubliée puisque vous pouvez toujours être accompagné soit en ligne, soit par téléphone, voire les deux, depuis la souscription jusqu’à l’indemnisation.

Chez Getlife, la technologie se met au service de notre réactivité. Nous avons choisi de profiter de l’appui des plus grands assureurs et réassureurs français. Cela nous permet aussi de vous proposer des contrats de premier ordre, à des tarifs attractifs.

L’arrivée du Web3 n’est plus une hypothèse dont il faut parler au conditionnel. Il s’agit bel et bien de quelque chose d’actuel, dont nous devrions progressivement tous nous emparer. Chez Getlife, on est déjà prêts à vous proposer l’assurance de demain, celle qui épouse les nouveaux besoins d’indépendance et de transparence.

Calcula tu precio con Getlife...

Asegúrate en 3 minutos 100% online, aprobamos tu solicitud de forma instantánea.