Combien coûte une assurance décès ?

De nombreux facteurs entrent en jeu dans la tarification d’une assurance décès : âge de l’assuré(e), garanties, capital, .... En plus de ces paramètres, le prix variera d’un assureur à l’autre, ainsi que d’un contrat à un autre. Il est donc important de comprendre comment est établi le coût d’une assurance décès afin d’être en capacité de privilégier certains critères plutôt que d’autres dans l’optique d’en diminuer le prix.

Quel est le coût d’une assurance décès ?

L’assurance décès est un contrat qui peut être collectif ou individuel. Il a pour objectif de protéger l’assuré(e) en cas de décès, de PTIA, ou encore d’invalidité, et aussi, de protéger financièrement ses proches.

En échanges de primes versées, le souscripteur s’assure d’un capital décès en cas d’accident, maladie, décès, … L’assureur s’engage, lui, à couvrir les risques mentionnés dans le contrat.

Qu'est-ce qu'une prime d'assurance décès ?

Plus communément appelée cotisation, la prime d'assurance décès correspond à ce que l'assuré doit payer pour rester couvert par son contrat. Lorsqu’on parle alors du prix de l’assurance décès, il correspond au montant des primes payées.

Tant que le souscripteur effectue le versement de ses primes, il est assuré pour les risques stipulés dans son contrat. Si le souscripteur arrête d’effectuer le versement de ses cotisations, l’assureur peut alors rompre le contrat.

La cotisation varie selon le type de contrat souscrit, elle peut être soit fixe, soit variable. Dans le cas de l’assurance temporaire décès, elle sera amenée à évoluer avec l’âge de l’assuré(e).

Périodicité des versements

En outre, la cotisation peut avoir une périodicité personnalisée, elle peut être :

  • Mensuelle
  • Trimestrielle
  • Semestrielle
  • Annuelle.

Quels sont les facteurs qui participent à la définition du prix d’une assurance décès ?

Plusieurs facteurs entrent en jeu dans la tarification d’une assurance décès : les facteurs qu’on pourra qualifier de personnels, et enfin ceux qu’on pourra qualifier de matériels.

Les facteurs personnels

L’âge de l’assuré(e)

En premier lieu, l’âge du souscripteur. Ce dernier est déterminant dans le prix du contrat d’assurance décès. Quand souscrire une assurance décès ? Le risque de maladie, d’accident, ou de décès est plus élevé à 55 ans qu’à 25 ans. C’est pourquoi, plus on vieillit, plus les risques augmentent, plus l’assureur est enclin à augmenter la cotisation. Souscrire une assurance décès jeune permet alors de réduire significativement le montant des primes versées.

Prix par mois d’une assurance décès Getlife

À titre d’exemple, le prix par mois d’une assurance décès Getlife sera différent d’une dizaine à une autre à capital égal :

**Pour 100 000 € de capital décès **

Age de l’assuré(e)Cotisation mois 1Cotisation mois 2 à 12Cotisation annuelle

30 ans

4,77 €

5,48 €

68,23 €

40 ans

6,07 €

8,63 €

106,02 €

Ces prix sont donnés à titre indicatif au 01/01/2023 pour un cadre salarié non fumeur sans problèmes de santé.

L’état de santé de l’assuré(e)

En effet, toute maladie va affecter le prix global de l’assurance décès. Dès lors que le souscripteur stipule souffrir d’un problème de santé, l’assureur va alors tenter d’évaluer au plus près le risque à couvrir. C’est pour cela que dans la plupart des cas, toutes les personnes souffrant de certaines conditions type diabète ou hypertension se verront en plus du questionnaire de santé, obligées de passer un ou plusieurs examens médicaux. Très souvent, des surprimes sont appliquées mais il se peut aussi que le dossier soit refusé si l’assureur trouve que le risque à engager est trop grand.

Chez Getlife, aucune visite médicale n’est requise, vous pouvez souscrire une assurance décès en ligne. Si vous souffrez d’une affection chronique, vous n’êtes pas obligés d’ajouter d’options, plus de 7000 maladies chroniques sont incluses dans notre couverture de base.

La profession de l’assuré(e)

Le métier de l’assuré(e) va aussi avoir un impact sur le tarif global de l’assurance décès. En effet, travailler dans un bureau ou bien sur un chantier, n’implique pas les mêmes conditions et donc les mêmes risques. Travailler en tant que commercial itinérant et rouler plus de 100 000 kilomètres par an implique automatiquement un plus fort taux d’accident de la route par exemple. D’où une cotisation plus élevée pour les professions dites dangereuses côté assureurs.

Les habitudes de l’assuré(e)

En plus de la profession à risques, l’assureur va aussi regarder les habitudes du souscripteur, tant au niveau de la consommation qu'au niveau de ses loisirs. En plus des métiers à risques, on retrouve aussi une liste de sports à risques. Cette liste peut varier d’une compagnie d’assurance à une autre mais globalement, on pourra y trouver tout ce qui est alpinisme, via ferrata, saut en parachute, plongée, moto, …

Côté consommation, le fait de fumer par exemple, pourra majorer sensiblement la prime d’assurance décès.

Les facteurs matériels

Le capital décès assuré

Combien recevront vos bénéficiaires en cas de décès ? Est-ce que cette somme suffira à répondre à tous leurs besoins. Il est important de faire le point sur ce qui restera à payer et les futurs projets en suspens dans le cas ou l’assuré(e) viendrait à décéder. Plus le capital décès demandé est grand, plus les cotisations seront élevées. En effet, souscrire une assurance décès avec un capital de 50 000 € et souscrire une assurance décès à 500 000 € est foncièrement différent. Faire x 10 sur son capital équivaut à multiplier aussi le prix de son assurance décès.

Le type de contrat, les garanties souscrites et les options

Il existe différents contrats d’assurance décès qui ne couvrent pas les mêmes situations. Et, qui donc ne possèdent pas les mêmes coûts. Entre une assurance décès toutes causes, et une assurance décès accident, les risques ne sont pas les mêmes. De plus, si au risque de décès, de PTIA, vous ajoutez l’invalidité comme couverture optionnelle et un doublement en cas d’accident, vous verrez le coût de votre assurance décès sensiblement augmenter.

Comment diminuer le montant de ses cotisations ?

La meilleure façon de réduire le montant de ses mensualités reste de faire un comparatif des offres sur le marché. Il faudra être attentif aux conditions de prise en charge, aux délais de carence et aux possibles clauses d’exclusion. Le prix final est un critère important mais il est à mettre en relation avec d’autres critères. Une assurance décès peut s’avérer plus chère mais prendre en compte plus de risques et plus longtemps. De manière générale, choisir une assurance décès qui réponde spécifiquement à ses besoins en termes de couvertures mais aussi de capital, peut déjà diminuer la liste des offres.

Comment bien choisir son assurance décès

En premier lieu, la sélection du type de produit est primordial : assurance décès temporaire versus sans limite d’âge, ou encore assurance décès accident versus assurance décès toutes causes. Ensuite, il est nécessaire de définir les garanties adaptées : décès, PTIA, IPT, ITT, … et si options, de savoir lesquelles souscrire. En termes administratifs, une assurance décès sans examen médical peut permettre de gagner du temps. Une assurance décès sans questionnaire de santé est rare et s’avère souvent plus chère dans la mesure où le risque n’a pas été clairement calculé. Enfin, le mode de souscription est un paramètre à étudier. Pour un même contrat, une assurance décès en ligne offre souvent un rapport qualité prix imbattable.